Une chaîne responsable

En utilisant leur pouvoir d'achat, les acheteurs publics peuvent intégrer des garanties pour le respect des droits de l'homme et des conditions de travail dans la chaîne. De nombreux produits tels que les vêtements de travail et l'électronique, mais aussi les matériaux de construction, le merchandising,etc. sont produits dans des chaînes mondiales. Les conditions de travail décentes, c'est-à-dire la santé et la sécurité sur le lieu de travail, le respect du repos au travail, la tenue d'un registre des heures supplémentaires, la non-rétention des cartes d'identité, la fourniture d'un logement décent, etc. sont parfois soumises à de fortes pressions. C'est pourquoi le thème prend de plus en plus d'importance du point de vue de la fonction d'achat du gouvernement et de la prise de conscience que cette fonction se situe à l'arrière des nombreux maillons de l'histoire de la chaîne mondiale.

La loi sur les marchés publics a permis d'obtenir de bonnes conditions de travail dans la chaîne. On peut se référer ici à l'art. 7, qui stipule explicitement que toute personne agissant en qualité de sous-traitant (à quelque stade que ce soit) et toute personne mettant du personnel à disposition pour l’exécution du marché, est tenue de respecter toute la législation sociale et du travail en vigueur aux niveaux tant international et européen que national.

Il est également fait explicitement référence ici aux concepts de base de l'Organisation internationale du travail (OIT), la plus ancienne Organisation des Nations Unies, qui compte 187 États membres. Sa tâche principale est de promouvoir la justice sociale, les droits de l'homme et les droits liés aux conditions de travail.

La Constitution de l'OIT remonte à 1919, mais récemment (2008), l'Organisation internationale du travail a adopté la Déclaration de l'OIT sur l'interprétation contemporaine de la justice sociale pour une mondialisation équitable : l'« Agenda du travail décent ». Cet agenda reprend quatre des objectifs stratégiques de l'OIT :

Renforcer les principes et droits fondamentaux au travail et contrôler leur application

Augmenter les chances de trouver un travail décent pour les hommes et les femmes

Développer la protection sociale et améliorer son efficacité pour tous

Renforcer le dialogue social

Les conventions internationales du travail de l'OIT doivent donc être appliquées dans le cadre des marchés publics. Cela signifie que les exécutants (et tous les entrepreneurs qui emploient des personnes à un stade de la chaîne) doivent être en mesure de fournir des garanties dans les domaines de la sécurité sociale, des salaires, de l'âge minimum, de la sécurité au travail, de la liberté d'association, du travail forcé, des heures de travail, du contrôle du travail, etc. En outre, il existe un certain nombre d'autres traités et législations importants auxquels il est fait référence dans le cadre de cette problématique :

A.     Les cinq normes de base de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) :

 l’interdiction du travail forcé (conventions n° 29 sur le travail forcé ou obligatoire, 1930, et n° 105 sur l’abolition du travail forcé, 1957) ;

le droit à la liberté syndicale (convention n° 87 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948) ;

le droit d’organisation et de négociation collective (convention n° 98 sur le droit d’organisation et de négociation collective, 1949) ;

l’interdiction de toute discrimination en matière de travail et de rémunération (conventions n° 100 sur l’égalité de rémunération, 1951 et n° 111 concernant la discrimination (emploi et profession), 1958) ;

le respect de l’âge minimum fixé pour le travail des enfants (convention n° 138 sur l’âge minimum, 1973), ainsi que l’interdiction des pires formes du travail des enfants (convention n° 182 sur les pires formes du travail des enfants, 1999).

B.      Les droits fondamentaux de l'homme énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH).

C.     La Convention internationale des droits de l'enfant du 20 novembre 1989, et en particulier son article 32 concernant la protection contre le travail des enfants.

D.     La législation nationale (dans le cas où elle impose des normes plus élevées ou équivalentes aux normes internationales décrites ci-dessus)

 

Il n'existe pas de normes ISO pour garantir le respect de ces conventions, mais il existe des systèmes de gestion sociale et des audits visant à identifier, contrôler et améliorer en permanence les conditions de travail au sein des entreprises et/ou de la chaîne de production. Nous allons parler ici de deux systèmes connus :

 

SA 8000

La norme SA 8000 est une norme internationale selon laquelle les organisations peuvent être certifiées si elles peuvent garantir et maintenir des pratiques socialement responsables sur le lieu de travail. Cette norme a été élaborée en 1989 par la Social Accountability International (SAI) et est considérée comme la norme internationale la plus connue pour la vérification des entreprises et des chaînes socialement responsables. L'application de cette norme est possible pour toute entreprise dans le monde.

Les entreprises qui peuvent présenter un certificat SA 8000 sont activement engagées dans la responsabilité sociale des entreprises et garantissent le respect de la législation internationale dans le domaine des conditions de travail et des droits de l'homme.

 

Sedex

Le Supplier Ethical Data Exchange (SEDEX) est un système qui permet de partager les rapports d'audit avec les clients/acheteurs via une plateforme en ligne sécurisée.  Un audit est par exemple une évaluation des conditions de travail des employés sur le lieu de production. Il existe différents types d'audits allant des auto-évaluations aux audits indépendants réalisés par une partie externe indépendante.

Les audits publiés sur la plateforme SEDEX doivent suivre le guide international de l'audit social (SMETA). L'audit est basé sur les principes de l'Ethical Trade Initiative (ETI) et couvre les conditions de travail, la santé et le bien-être au travail, les systèmes de gestion en place, les pratiques des sous-traitants et certains principes de base de la gestion environnementale.

 

Quels sont les groupes de produits éligibles ?

Du point de vue international, la question des conditions de travail socialement (du point de vue éthique) responsables est particulièrement pertinente dans le contexte des projets d'achat de groupes de produits ayant des chaînes mondiales.  De telles chaînes présentent différents fournisseurs de matières premières et de produits, et sont donc plus complexes et moins transparentes pour le destinataire final. Dans la pratique, il s'agit par exemple de chaînes des secteurs du matériel informatique, du textile, de l'habillement et de la pierre naturelle. 

De nombreux marchés publics font référence à de bonnes conditions de travail via le respect des conventions et règlements mentionnés plus haut. La plupart des pouvoirs adjudicateurs en tiennent compte en signant une déclaration sur l'honneur (ou code de conduite) à respecter pendant l'exécution du marché.

La signature d'un tel code de conduite n'est pas vraiment nécessaire, d'un point de vue purement juridique, car la législation sur les marchés publics en exige déjà le respect. Toutefois, cette mesure est recommandée car elle constitue un signal important pour l'exécutant du marché et montre à quel point il est important de s'y conformer. En principe, le non-respect peut également entraîner des mesures ou des sanctions et, dans des cas extrêmes, la coopération avec un fournisseur peut être interrompue.

Si, en tant qu'acheteur, vous souhaitez aller plus loin que la simple signature sur l'« honneur » d'un code de conduite, il peut être important d'inclure des exigences de transparence dans la chaîne. Cela peut se faire au moyen d'un questionnaire dans lequel le soumissionnaire doit donner accès aux étapes de la chaîne (par exemple, divulgation des noms et des situations des fournisseurs).

Il peut s'agir d'une première étape pour s'informer sur le « lieu de production ». Si, en tant qu'acheteur, vous avez une connaissance du lieu de production, vous pouvez également vérifier que le code de conduite est respecté et, si nécessaire, imposer des mesures correctives.

 

Plus d’infos

En 2017, des projets pilotes ont été lancés à partir de différents services publics belges, afin d'améliorer les possibilités de transparence dans la chaîne.

SA 8000

Sedex

Clause éthique (OIT) Flandre