Opportunités pour les petites et moyennes entreprises

En plus de la popularité croissante des choix durables pour les achats (publics), nous constatons également une augmentation de l'intérêt pour les achats collectifs. Par le biais d'achats de groupe ou centralisés, il est notamment possible de réaliser des économies d'échelle. Des contrats-cadres sont souvent placés sur le marché à cet égard par un seul service spécifique auxquels différents clients (autres services d'achat) peuvent réagir. 

En tant que « groupe d'acheteurs » avec des contrats au volume plus important, vous pouvez également exercer plus de pression pour rendre d'une certaine manière le marché plus durable. Il y a toutefois un revers de la médaille. Le regroupement de beaucoup de petits marchés joue effectivement en faveur des grands acteurs et peut bloquer l'accès au marché pour les starters, les entreprises unipersonnelles et les petites et moyennes entreprises à cause d'un manque de capacités et de moyens. Les PME méritent toutefois également une place convenable dans la politique des marchés publics : le nombre d'entreprises activessans travailleurs (entreprises unipersonnelles, starters, etc.) en Belgique était établi à 481 808 en 2018 par rapport aux 27 448 entreprises avec au moins 10 travailleurs [1]  .

Pour prendre en compte le potentiel énorme des PME, les acheteurs peuvent mettre en place des collaborations entre différentes entreprises ou encourager l'exécution de certaines parties du marché avec de plus petits acteurs. La considération de spécifier certaines exigences d'une autre manière dans la mesure de ce qui est permis dans le cadre de la réglementation relative aux marchés publics (exigences acceptables à propos de la caution, des références, de la flexibilité, des exigences de performance, etc.) peut également faire la différence pour les plus petites entreprises dans la décision de participer ou non à un marché public.

 

[1] https://bestat.statbel.fgov.be/bestat/crosstable.xhtml?datasource=94ecc5...